Hélinia éditions
Actualité Ateliers inachevés Transparence
1 2 3 4
contact  

Par Claire DENIS,
Médiatrice familiale à La Rochelle

Il en est d’une revue comme d’un tableau : sur la toile blanche, la plume de la pensée fait trace.

Il en est d’une revue comme d’un tissu : les paroles engagées et singulières du philosophe (ici, Laurence Cornu), du Juge (là, Marc Juston), du médiateur familial (en ce lieu, Bernard Cortot), du médiateur au « Point Jeunes » (à cette place, Yannick Denoual ) se font trame et chaîne ou encore armure, nœud, tresse, feutre, tissure… dans la pensée du lecteur.
Le fil d’Ariane de cette nouvelle revue empruntera le chemin de la médiation familiale, une voie pensée sous le signe d’ateliers inachevés.

Merci à ceux qui donnent ainsi la parole aux acteurs de la médiation. Merci à Bernard Cortot, et à l’équipe de Beffrois médiation Familiale.

Dans le premier numéro de la revue Les ateliers inachevés – Revue du médiateur familial :

Les textes de Laurence Cornu et de Marc Juston se situent dans le contexte d'un colloque ayant eu lieu à Valenciennes. Ce colloque, organisé par l'assocation « Beffrois Médiation Familiale » en février 2008, eût pour thème « la question de l’enfant en médiation familiale », un sujet qui fait débat, encore et toujours, chez les praticiens de la médiation ; un sujet qui suscite des attentes du côté des institutions et des professionnels prescripteurs de rencontres de médiation.

Laurence Cornu, Maître de conférences en philosophie à l’université de La Rochelle et co-auteur du livret « Pratique éthique de la médiation familiale » (édité par l'A.P.M.F., Association Pour la Médiation Familiale, Paris) place le débat suscité par cette question dans une perspective éthique. Elle rappelle aux professionnels (médiateurs, magistrats…) que leurs places, leurs cadres d’intervention, leurs postures, leurs fonctions symboliques et réelles sont distinctes. Elle entend leurs discours sur la place des enfants dans la médiation avec distance et propose des pistes de réflexions éthiques.

Marc Juston, magistrat, Juge aux affaires familiales à Tarascon, place l’intérêt de l’enfant au centre de son action et attend des médiateurs familiaux qu’ils viennent « au secours, en protection de l’enfant », « victime-enjeu ou victime-arbitre du conflit conjugal et de la séparation ». Il nous fait part, avec ferveur, de son expérience et de l’espoir suscité par la médiation familiale.

Les textes de Bernard Cortot et Yannick Denoual se portent comme « libres opinions et réflexions », propos engagés du côté du professionnel et du sujet occupant la place de médiateur.

Bernard Cortot, médiateur familial, formateur et ancien président de l’A.P.M.F., saisit la plume, comme souvent, avec courage. Il trace un propos engagé : il interroge le chemin parcouru en médiation familiale et tente de débrouiller les fils des références théoriques qui peuvent soutenir différentes pratiques. Il ose penser les différences là où la profession a tendance à éluder le sujet et à voir un carrefour où convergent différents modèles, plusieurs disciplines et une multitude de pratiques.

Yannick Denoual, médiateur au « Point Jeunes » de Lille nous livre une réflexion toute personnelle : il se pense au seuil du diplôme, habité depuis 20 ans déjà par « l’idée de médiation » qui prend forme et sens dans sa pratique et sa réflexion théorique. Il en porte ici témoignage.

Merci à tous ces auteurs de participer à la naissance de cette nouvelle revue !

Note de l'éditeur : Jean-Philippe Tricoit, Maître de conférences en droit privé à l'Université d'Angers et spécialiste du droit de la médiation, a accepté quant à lui de reprendre, dans un texte à destination des professionnels de la médiation familiale, le cadre juridique du processus dont ils sont un maillon indispensable.